Naissance cliquez pour afficher en grand

date: samedi 29/11/1975 lieu: Paris

Je suis né dans le XIVème arrondissement, à la Maternité Notre-Dame de Bon-Secours à 9 heures 55 du matin. J'étais tout bleu paraît-il, né après terme, deux ans jour pour jour après ma grande sœur. Poids: 3,320 Kg, Taille: 50 cm. Cheveux: brun foncé et fin duvet partout. Yeux: bleu-gris foncés. Pieds et mains allongés, ongles fins et longs. Le journal précisait: " LES ENFANTS NÉS SAMEDI 29 NOVEMBRE seront aimables et équilibrés. Ils chercheront toujours à tirer du monde ses meilleures possibilités sur le plan le plus élevé. Noblesse de cœur, grandeur, générosité et humanité. Un peu dispersés ceux de l'après-midi, un peu lunatiques ceux du soir. Tous charmants". Le 7 décembre, on rentre à la maison. (écrit le: 2011-07-29) catégorie: enfance année: 1975

commentez [0] 

Voyage au Canada cliquez pour afficher en grand

date: samedi 15/07/1978 (2 ans) lieu: Calgary

Mon père a une présentation à faire au Canada. Nous y allons tous les quatre. Je n'ai aucun souvenir de ce voyage. Avec un camping-car de location, nous parcourons les villes des alentours de Calgary, comme Banff par exemple. En passant sous un pont, ma mère a coincé le haut du camping-car. C'était un jour où mon père n'était pas là. Évidemment, il n'était pas facile de lire les hauteurs sur les panneaux. Ils indiquent des mesures en pieds et en pouces, il n'y a pas de système métrique en Amérique. Un policier est venu l'aider. Il a fallu dégonfler les pneus et faire une marche arrière. Une autre fois, nous sommes partis dans la forêt. Les gardes forestiers nous ont donné des conseils en cas de rencontre avec un ours: s'il s'agit d'un grizzly, éviter de courir, s'il s'agit d'un ours brun, monter aux arbres. Il est déconseillé de faire le mort, sauf si l'ours essaye juste de défendre son territoire. De toutes façons, il vaut mieux éviter de rencontrer cet animal ! D'autant qu'on ne se souvient plus des consignes lorsqu'on est devant lui. Quoi qu'il en soit, nous n'avons pas vu d'animaux dangereux. C'est à peu près tout ce qu'en ont retenu mes parents et ma grande sœur. Pour ma part, j'ai le souvenir d'un livre pour enfant où un ours décrivait la région que nous avons visité, et les animaux, comme les castors ou les cerfs qu'on y rencontrait. J'ai gardé longtemps ce livre dans mes affaires avec quelques jouets. (écrit le: 2012-08-19) catégorie: voyages année: 1978

commentez [0] 

Premier souvenir cliquez pour afficher en grand

date: mercredi 13/09/1978 (2 ans) lieu: Colombes

Je me souviens avoir joué avec un puzzle en bois dont chaque pièce était un animal. Il s'agissait d'une simple planche sur laquelle était fixée un cadre avec les emplacements pour les animaux. Chaque pièce du puzzle était découpée artisanalement, et se tenait grâce à un petit cylindre en bois peint en rouge. Il devait y avoir un chien, un chat et d'autres animaux que j'ai oublié. C'est mon premier souvenir. (écrit le: 2011-06-30) catégorie: enfance année: 1978

commentez [0] 

Leçons d'éducation, voler c'est mal cliquez pour afficher en grand

date: lundi 10/03/1980 (4 ans) lieu: Gennevilliers

Quand on ne connait pas la différence entre le bien et le mal, il est difficile de comprendre une punition. Nous étions au supermarché Carrefour de Gennevilliers, j'étais tout petit. Arrivé à la caisse, il y avait des articles en libre-service. J'aimais bien cette boîte bleue, je l'attrape et personne ne me vois faire. Arrivé à la maison, il faut bien que je montre ce que j'ai dans la main à ma mère. Elle découvre une petite boîte de lames de rasoirs, et me gronde comme jamais je ne m'étais fait gronder avant. Il ne faut pas voler, c'est mal. Leçon retenue. (écrit le: 2011-07-11) catégorie: imprudences année: 1980

commentez [0] 

Peluche Crédit Lyonnais cliquez pour afficher en grand

date: vendredi 04/04/1980 (4 ans) lieu: Colombes

Comme mes parents avaient un compte au Crédit Lyonnais, je me souviens qu'ils ont reçu en cadeau un sorte de peluche. C'était une sorte de lion en plastique dont la tête était recouverte de fourrure, et le corps d'une espèce de fibre coupée très courte. Nous avons joué avec, et à un moment nous avons versé du parfum dessus. Le résultat est que le plastique a commencé à sentir très mauvais, genre fromage pourri. Il a fallu jeter le jouet à la poubelle. (écrit le: 2011-07-01) catégorie: enfance année: 1980

commentez [0] 

Le stand bonbons au marché cliquez pour afficher en grand

date: Dimanche 19/04/1981 (5 ans) lieu: Colombes

Le marché couvert à Colombes... Nous y allions presque par tradition. Il fallait prendre un petit caddie pour ramener les achats. L'accès se fait encore aujourd'hui par plusieurs entrées dont celle de la Place de la République. Le passage chez le charcutier se terminait toujours par une tranche de saucisson à l'ail que le marchand offrait aux enfants. Il y avait un vendeur de bonbons, aujourd'hui à la retraite, qui étalait en libre service des nougats, coquelicots, violettes et autres réglisses. Nous prenions toujours au moins un sachet de sucreries avant de rentrer à la maison. Le bonbon dont je me souviens le mieux était une sorte de nougat recouvert par une feuille décorée en pain azyme (comme une hostie très fine) représentant une carte à jouer. (écrit le: 2011-07-12) catégorie: enfance année: 1981

commentez [0] 

Arc-en-ciel dans le jardin cliquez pour afficher en grand

date: samedi 15/08/1981 (5 ans) lieu: Colombes

Il fait chaud et nous arrosons la pelouse. Il y a un arroseur oscillant de marque "Wolf", branché à un tuyau jaune, placé au milieu du carré de verdure devant la maison. Il envoie des jets d'eau en les dirigeant successivement à gauche et à droite. L'herbe est humide, et nous courons pied nus sur le gazon. Nous nous amusons à passer en dessous des jets que l'arroseur automatique envoie. Nous essayons de ne pas trop nous faire tremper. Si on cours assez vite, on a l'impression de de se tenir sous une voûte (un "tube" diraient les surfeurs). Quand il y a une éclaircie, un arc-en-ciel se forme autour du jet d'eau. Si on se tient au bon endroit, on peut voir un arc de cercle complet. (écrit le: 2012-12-23) catégorie: enfance année: 1981

commentez [0] 

Bogue cliquez pour afficher en grand

date: vendredi 25/09/1981 (5 ans) lieu: Colombes

Il y a des petites bogues au pied du marronnier qui pousse à côté du portail du 62 rue Hoche. Les fruits de cet arbre ne sont pas vraiment encore mûrs, et n'ont pas encore atteint leur taille adulte, comme mon cerveau semble-t-il. J'en ramasse une, et joue avec une de ces petites boules un peu piquantes, et trouve cela amusant. Puis je la fais rouler sur mon visage, et la fait rentrer dans mon nez, jusqu'à me l'enfoncer au fond d'une narine. Je n'arrive plus à l'enlever. Les petits picots ont coincé ce corps étranger dans mon conduit nasal, ça m'empêche de respirer. Je pleure et ma mère est obligée de m'amener chez l'oto-rhino. Le médecin va réussir à extraire cette petite boule à l'aide d'une pince métallique. Cet objet sphérique improbable était couvert de morve et de sang. (écrit le: 2012-12-23) catégorie: imprudences année: 1981

commentez [0] 

Game&Watch cliquez pour afficher en grand

date: Dimanche 04/10/1981 (5 ans) lieu: Colombes

Les premiers jeux électroniques. De temps en temps, mon père rentrait de voyage avec un nouveau jeu. Nous avions une sorte de jeu de tennis, avec des lumières led rouges pour représenter la balle, mais ce n'était pas terrible. Nous avions quelques jeux de Nintendo: Parachute et Snoopy. Ce sont les célèbres "Game & Watch". Ces consoles, de la taille d'une carte à jouer, affichaient l'heure, et avaient des boutons pour contrôler un personnage à l'écran. Le but était d'attraper des parachutistes avant qu'ils ne tombent à l'eau, ou de renvoyer des balles de tennis lancées par Charlie Brown ou Lucy Van Pelt. On peut dire que ces jeux étaient très difficiles. En même temps il n'y avait qu'un niveau, avec plusieurs modes de jeu et une difficulté croissante. Si ça avait été trop facile, on aurait eu aucun intérêt à l'acheter. Dans d'autres jeux, on devait sauver des personnages qui essayaient d'échapper à un immeuble en flammes, ou fouiller un trésor au fond la mer en déjouant la vigilance d'une pieuvre. Les réflexes étaient beaucoup sollicités. Au bout d'un moment, à force de jouer, les muscles des mains étaient tellement tétanisés qu'on finissait toujours par perdre. Les scores les plus élevés étaient comme des trophées qu'on brandissait fièrement. (écrit le: 2012-01-27) catégorie: jeux vidéo année: 1981

commentez [0] 

Déménager cliquez pour afficher en grand

date: vendredi 20/08/1982 (6 ans) lieu: Colombes

Ma mère a trouvé un appartement au dernier étage d'un immeuble avec ascenseur, à côté de la gare de Colombes. Après le divorce, il fallait bien qu'elle trouve un endroit où se loger. C'est un trois pièces, avec un balcon qui donne sur les lignes de chemin de fer, la gare étant située en hauteur. Nous avons une chambre avec ma sœur, et des lits superposés. J'étais en bas, et Sylvaine en haut. Dans les toilettes, ma mère a installé un buffet, et dessus, il y avait un puzzle qui était vraiment difficile à résoudre. Dans le salon, il y avait une table. Elle était souvent recouverte par les copies à corriger de ma mère, qui travaillait au collège d'Argenteuil. Dans la petite cuisine, on pouvait manger à quatre sur la petite table. Au début, j'étais gêné par les passages des trains, relativement bruyants. Mais rapidement, je m'y suis habitué. Les sons dégagés par les wagons sur les rails me berçaient, et m'aidaient même à m'endormir. (écrit le: 2012-11-18) catégorie: déménagements année: 1982

commentez [0] 

Les tables de multiplication cliquez pour afficher en grand

date: lundi 25/10/1982 (6 ans) lieu: Colombes

Depuis le début de l'année scolaire, je me découvre une allergie aux mathématiques. Je dois apprendre les tables de multiplication. Ce qui me terrifie le plus, ce sont les exercices de vitesse. Il s'agit d'écrire le résultat de la multiplication de deux chiffres annoncés par la maîtresse, sur notre ardoise, et le plus vite possible. Plus d'une fois, je suis obligé de copier sur mes voisins pour arriver à suivre le rythme. Pourtant, tout le monde a l'air de trouver ça facile. J'ai beau les réciter, demander de l'aide, je n'y arrive pas. On me donne quelques astuces: essayer de les chanter, utiliser des images pour les retenir,... Rien n'y fait, je ne me souviens que des tables les plus simples (de 1 à 5). « -Combien font 2 x 2 ? - 4 -Combien font 6 x 7 ? -48 ? ». Je tombe toujours dans le panneau à partir du chiffre 6. En plus, j'arrive parfois à retenir le résultat dans un sens, et pas dans l'autre (6 x 8 ou 8 x 6 étaient deux calculs complètement différents pour moi). Ma plus grande hantise: 7 x 8. Avec ces deux chiffres là, je n'ai aucun repère, contrairement aux chiffres plus petits, ou de la table de 9 qui semble obéir à une loi plus logique (9 x 6 = 60-6 = 54). Comme je semble hermétique aux maths, malgré les efforts de mes parents et de mon institutrice, je me dit qu'il faudra attendre d'avoir une calculatrice pour renouer avec cette matière dangereuse, dans laquelle il semble obligatoire d'exceller. J'étais fasciné par cette petite machine marron, que ma mère utilisait pour faire ses comptes, et qui semblait beaucoup plus capable que moi d'arriver à retenir ces fichues tables. Parfois, je me suis dit que j'étais vraiment trop bête. Plus tard, j'ai pensé qu'on ne m'avait probablement pas appris ces tables avec la bonne méthode, ou que j'avais une mauvaise mémoire. (écrit le: 2012-10-08) catégorie: scolarité année: 1982

commentez [0] 

Tron avec Catherine cliquez pour afficher en grand

date: mercredi 15/12/1982 (7 ans) lieu: Paris

J'ai toujours aimé la science-fiction. Le film "Tron" est sorti en 1982, et a innové dans beaucoup de domaines. Si "Avatar" a introduit la 3D au cinéma, "Tron" a été le premier long métrage incluant des images de synthèse, un peu "fil de fer" quand même. Catherine, la petite soeur de ma belle-mère nous a amené voir la film avec ma grande soeur. Après le film, nous avons retrouvé mon père et ma belle-mère dans un café. (écrit le: 2011-07-07) catégorie: cinéma année: 1982

commentez [0] 

Gilles Vigneault cliquez pour afficher en grand

date: samedi 15/01/1983 (7 ans) lieu: Colombes

Nous allons à un concert à la MJC de Colombes. Mes copains de classe sont venus eux aussi. Jean et Guillaume, et leur mères étaient probablement là. C'est un chanteur québecois, Gilles Vigneault, qui se produit dans la salle de spectacle ce soir là. C'est peu dire que ce style de musique ne m'intéressait pas, il faut préciser que j'avais 7 ans. Quand les lumières se sont éteintes, nous avons réellement commencé à nous ennuyer. Je ne comprenais pas pourquoi il fallait battre nos mains l'une contre l'autre à la fin des chansons. Ca me faisait mal aux paumes et aux oreilles. Par contre, nos parents semblaient vraiment apprécier le spectacle. Nous en avons profité pour nous éclipser. Nous étions assez petits pour nous glisser sous les planches de bois de l'estrade sur laquelle nous étions assis. L'échafaudage des gradins ressemblait à une cage à singe. Cet espace s'est donc transformé rapidement en aire de jeu, pour nous qui étions de gamins. On s'est tellement amusé qu'on a fini par faire trop de bruit. Je me souviens que je me suis fait gronder. (écrit le: 2013-09-21) catégorie: enfance année: 1983

commentez [0] 

Le Carrefour de Gennevilliers cliquez pour afficher en grand

date: samedi 05/02/1983 (7 ans) lieu: Gennevilliers

Nous allions faire nos courses dans le supermarché de Gennevilliers, peut-être pour les prix, le choix, et il faut dire que ma mère n'avait aucun risque de rencontrer mon père là-bas. Arrivés aux caisses, il fallait mettre les courses dans les sacs plastiques, puis dans le caddie, mais je n'y arrivais pas. L'odeur de ces sacs me coupait la respiration. J'ai également ce problème avec les fleurs de glycine violettes, avec les blanches ça va. Je retenais ma respiration pour ne pas suffoquer, mais ça ne m’angoissait pas tant que ça. Après tout, Superman avait la kryptonite...chaque super-héros a ses défauts. Les éléments qui entrent dans la composition de ces sacs ont du changer depuis, car je ne ressent plus cette gêne. Quoi qu'il en soit, quand nous sortions du magasin, nous arrivions sur une petite place où se trouvait un manège, et un marchand de glaces. On avait le choix, ma sœur et moi entre un tour de manège ou une glace. On devait tendre le ticket au monsieur avant que le manège ne démarre. On pouvait gagner un tour gratuit si on attrapait le pompon que le monsieur agitait au bout d'une corde. Après, nous nous dirigions vers le parking souterrain pour rentrer chez nous. (écrit le: 2011-11-12) catégorie: courses année: 1983

commentez [0] 

Ulysse 31 cliquez pour afficher en grand

date: vendredi 25/02/1983 (7 ans) lieu: Colombes

Je suis fan des aventures de ce héros dont le vaisseau spatial a la forme du logo de FR3 ! Très inspiré par Star Wars, l'histoire d'Ulysse n'a plus grand chose à voir avec l'Odyssée d'Homère. Les Dieux de l'Olympe s'acharnent sur le héros, condamné à errer sans fin dans l'espace au 31ème siècle. Le chemin de la Terre a été effacé de la mémoire de l'ordinateur central du vaisseau, Shyrka. Une malédiction a touché l'ensemble de l'équipage, à l'exception d'Ulysse, Télémaque son fils de 12 ans, et Thémis une jeune extra-terrestre qui détient des pouvoirs magiques. Des vaisseaux spatiaux en forme de trident attaquaient sans relâche nos trois héros. Il y avait aussi un petit robot malicieux de couleur rouge, Nono, qui se nourrissait de petits clous. Ulysse l'avait offert à son fils en cadeau. Les épisodes de cette série animée passent tous les soirs de la semaine par tranche de 5 minutes sur la troisième chaîne, et l'épisode est rediffusé en intégralité le week-end. Il m'est arrivé d'insister pour voir un épisode alors que nous étions invité chez des amis de peur de rater un passage important. Pendant les 26 épisodes de la série, Ulysse rencontre des personnages qui peuvent éventuellement l'aider à guérir ses compagnons ou à retrouver le chemin de la Terre. Hélas, il y a toujours un problème à résoudre, et les personnages reviennent à leur point de départ, leur seul espoir étant de continuer le voyage. J'étais fasciné par les vaisseaux spatiaux, j'en ai eu certains en cadeaux sous forme de jouets en métal et en plastique sous le sapin de Noël... L'un de ces jouets était composé de trois parties qui s'emboitaient pour former un vaisseau plus grand. J'ai également eu le vaisseau Odysseus, qui pouvait envoyer des missiles en plastique jaune. Ce qui m'effrayait, c'était la voix de Zeus. Jean Topart interprétait cette voix sombre et théâtrale, celle d'un être tout puissant qui jugeait Ulysse coupable de l'affront qu'il avait fait aux Dieux. Évidemment, je ne savais pas grand chose de la Grèce antique à l'époque. Aujourd'hui encore, la simple évocation d'Ulysse me fait penser à ce dessin animé de science-fiction! (écrit le: 2012-07-15) catégorie: télévision année: 1983

commentez [0] 

Maquettiste cliquez pour afficher en grand

date: samedi 05/03/1983 (7 ans) lieu: Colombes

On m'a offert un train électrique. Je l'ai mis dans ma chambre. Il y a des petits bâtiments à assembler: gares, maisons, passage à niveau,... Je m'amuse à créer un monde en miniature. On va acheter les boîtes dans un petit magasin à côté de la Bastille. Les maquettes sont de marque Jouef. Il y a de toutes petites pièces à coller les unes aux autres. J'ai beaucoup de mal à ne pas laisser de grosses traces de doigt sur les surfaces plastifiées que la colle a fait fondre. A l'échelle des bâtiments, j'ai de petits personnages: chef de gare, voyageurs pressés, hommes d'affaires en costume...ils sont collés sur le sol. De grosses malles et des fûts sont disposés à l'entrée de la gare de marchandise dont les murs en brique et le toit en tôle ondulée ne tiennent pas ensemble. Ce dont je suis le plus fier, c'est d'une maison de plein pied, avec un grand toit et un salon entièrement décoré couleur caramel. Mon train corail s'arrête à la gare de Bellegarde. Si j’appuie trop fort sur le bouton, il déraille dans les virages, alors il faut remettre les bogies sur les rails une par une. (écrit le: 2012-08-19) catégorie: jouets année: 1983

commentez [0] 

Vacances au Tréport cliquez pour afficher en grand

date: mardi 29/03/1983 (7 ans) lieu: Le Tréport

Nous allons en vacances sur les plages du Tréport. Ce n'est pas loin, c'est au bord de la mer, et c'est un endroit assez grandiose. En tout cas, c'est ce que se sont dit les premiers "congés payés", ces ouvriers qui partaient "à la mer" en 1936. Cinquante ans plus tard, les lieux sont moins remplis. On dirait que ce n'est pas la saison de toutes façons. Nous sommes à l'hôtel, face à la plage. On joue au Jokari sur le parking à côté des galets. C'est une sorte de petite balle en caoutchouc reliée par un élastique à un morceau de bois. Il faut l'envoyer chacun son tour, en frappant la balle le plus fort possible avec une raquette en bois. Mais j'ai aussi des jouets plus récents: un personnage de Batman d'environ 20 cm, avec un costume gris, et tous les accessoires: la cape bleu, le masque,... Dans notre hôtel, le fils de la famille des propriétaires veut jouer avec "mon" Batman. Je ne suis pas d'accord, mais ma mère va finir par me faire accepter de lui prêter. On ne s'est évidemment pas baignés, mais on a profité de la vue, et fait des balades en voiture et à pied. Les galets étaient trop ronds pour faire des ricochets. On s'amuse donc à envoyer les cailloux dans la mer, et à courir près du rivage en essayant de ne pas se faire rattraper par les vagues. (écrit le: 2012-08-19) catégorie: vacances année: 1983

commentez [0] 

Tom Pouce cliquez pour afficher en grand

date: mercredi 20/04/1983 (7 ans) lieu: Colombes

Avec les copains de classe, on allait parfois dépenser notre argent de poche dans une boutique de farces et attrapes. Elle était à côté de la Mairie de Colombes, et vendait des pétards "Tom Pouce". Ces petits explosifs, inoffensifs, étaient vendus par paquets de vingt. On allait dans le terrain vague à côté de chez Jean, pour les faire exploser. Quand on avait un peu plus de courage, on les faisait exploser dans la rue, par exemple dans une bouteille de bière laissée à l'abandon. J'avais aussi un pistolet à pétards, à six coups. On mettait une sorte de disque à l'intérieur du pistolet, et quand on pressait la détente, ça faisait exploser une petite charge. Ça sentait la poudre, et ça faisait du bruit ! On pouvait mimer les scènes d'action au cinéma avec des jouets pareils. Par contre, les parents n'étaient pas enchantés que nous fassions exploser des pétards dans la rue ou les merdes de chien... (écrit le: 2012-11-03) catégorie: bêtises année: 1983

commentez [0] 

Lavage automatique cliquez pour afficher en grand

date: samedi 28/05/1983 (7 ans) lieu: Gennevilliers

Avant de passer au supermarché Carrefour de Gennevilliers, ma mère va parfois laver la Renault 14 dans la station de nettoyage automatique à rouleaux. Après avoir acheté un jeton, il faut faire la queue et attendre que la place soit libre. Avec ma sœur, on négocie souvent pour rester dans la voiture pendant le nettoyage. Il faut dire que c'est un spectacle fascinant ! Les fenêtres bien fermées, on assiste au déchaînement des éléments. En somme, il s'agit de "montagnes russes" sans mouvement. Les tuyaux envoient de fortes quantités d'eau sur les vitres et le pare-brise. Puis ce sont les rouleaux qui se mettent à tourner d'un seul coup, envoyant taper contre le véhicule des milliers de gouttes d'eau qui créent une écume dans un fracas ahurissant. En tournant, les rouleaux occultent la lumière du jour et occupent une place énorme autour de nous. On se fait tout petit, tant on a l'impression d'être entré dans le corps d'une baleine. La seule chose qui nous protège de ce monstre bruyant est cette fine couche de verre Securit. C'est impressionnant de voir ces lamelles bleues qui tournent à toute vitesse. Les rouleaux glissent d'avant en arrière pour nettoyer entièrement l'auto, ce qui nous donne l'impression de faire des mouvements, alors que les roues sont bien calées dans des fentes sur le sol. Enfin, la machine commence à s'arrêter, et l'eau savonneuse disparaît au profit d'une pluie translucide qui glisse en grosses perles sur les vitres de la voiture. La rotation des cylindres s'arrête tout aussi soudainement qu'elle a démarré. La machine ne fait plus aucun bruit. Le jour revient tout doucement à mesure que l'eau s'écoule de la lunette arrière. Ma mère ouvre la porte côté conducteur et met en route les essuie-glaces pour mettre fin à ce spectacle son et lumières. (écrit le: 2016-02-06) catégorie: enfance année: 1983

commentez [0] 

Yayatola cliquez pour afficher en grand

date: samedi 18/06/1983 (7 ans) lieu: Colombes

Nous allions parfois au Monoprix de Colombes en voiture. Pour se garer, il fallait trouver une place dans le parking souterrain du marché couvert, en centre-ville. Après avoir fait nos achats, ma mère poussait le caddie jusqu'à la voiture, en passant par l'ascenseur. Nous étions alors devant le gardien du parking. Cet homme, assez âgé, était probablement originaire d'Afrique du Nord. Ses sourcils très noirs et sa barbe grise nous avaient fait pensé à ce personnage que nous voyions souvent à la télé à ce moment là: l'Ayatollah Khomeiny. Pour le remercier de s'occuper des caddies, et de surveiller les voitures, ma mère nous donnait une pièce de 5 francs que nous devions remettre à cet homme. Parfois c'était à moi de le faire, d'autres fois c'était à ma grande sœur de lui apporter. Nous l'avions surnommé « yayatola », car on n'arrivait pas à prononcer autrement. Il est probable que cet homme, qui parlait à peine le français, n'avait aucune idée de la comparaison que nous faisions de lui avec le guide religieux extrémiste iranien. Toujours est-il qu'il avait dans les yeux une reconnaissance exagérée quand nous posions la pièce de monnaie dans sa main ridée. Malgré son sourire, on avait quand même un peu peur de lui. (écrit le: 2012-11-18) catégorie: enfance année: 1983

commentez [0] 

Suivant(+)


Retour en haut de la page


Les propos tenus dans ce blog n'engagent que son auteur. Les souvenirs sur lesquels sont basées ces anecdotes sont subjectifs, et les faits relatés sont donc soit faux, soit incomplets, soit les deux. Veuillez envoyer vos demandes de corrections ou de démentis à l'adresse mail suivante fthomaspenette@free.fr.

: 5318 visites