Le défilé du bicentenaire cliquez pour afficher en grand

date: vendredi 14/07/1989 (13 ans) lieu: Colombes

200 ans depuis la Révolution française. Mitterrand voulait que ce soit une grande fête. Comme il avait été réélu l'année précédente, on était encore dans cet état de grâce qui suit l'euphorie des élections présidentielles. Il a demandé à Jean-Paul Goude de faire un "show", et de voir grand. Par conséquent, Goude avait prévu un défilé le long des Champs-Élysées, de nuit, comme un contrepoint au traditionnel défilé militaire. Cette semaine là, nous étions chez mon père pendant la moitié des vacances que nous passions chez lui. Nous regardons ce spectacle sur la petite télévision du salon, dans l'appartement qu'il occupait avec Christine et Marie avenue François Bernier. De nombreux spectateurs s'étaient massés sur les deux côtés de l'avenue. Des danseuses avançaient en valsant dans des robes rondes gigantesques équipées de roues. La fanfare passait en tapant sur de grosses caisses. On peut dire que l'ambiance était à mi-chemin entre un Fest-noz de Quimper et un défilé de mode de Jean-Paul Gaultier. Christine attendait avec impatience le premier "couac" de la soirée. A un moment, un des artistes équipé d'un chapeau en forme de tube s'étale de tout son long et Christine était contente. Une grande locomotive, escortée par des musiciens qui tapaient sur des bidons, évoquait la révolution industrielle. De petites lampes portatives éclairaient les visages des comédiens qui défilaient. Les différentes révolutions du Monde entier étaient représentées dans de véritables tableaux vivants. Vu depuis la lucarne de la TV, ce show semblait un peu lointain, tout était surtout très sombre, car les caméras captaient mal les faibles lumières. Les costumes rappelaient le passé colonial, les manifestations politiques, et la diversité des origines de la France. Le sommet du G7 avait lieu à Paris ce jour là. Georges et Barbara Bush étaient donc dans le public, et semblaient dans leur élément, ce qui peut sembler étonnant, car l'état d'esprit de cette fête était franchement éloigné de leurs valeurs. A un moment, Jessye Norman a chanté la Marseillaise, et a éclairé la soirée d'une lumière inoubliable. (écrit le: 2012-12-09) catégorie: évènements année: 1989

commentez [0] 


Retour en haut de la page


Les propos tenus dans ce blog n'engagent que son auteur. Les souvenirs sur lesquels sont basées ces anecdotes sont subjectifs, et les faits relatés sont donc soit faux, soit incomplets, soit les deux. Veuillez envoyer vos demandes de corrections ou de démentis à l'adresse mail suivante fthomaspenette@free.fr.

: 4662 visites