22/11/2015 à 23h31
80 Days pour Mac et PC

Test du jeu "80 Days" - réalisé par Inkle studios sur PC et Mac



Jeu de l'année 2014 pour Time Magazine, finaliste des 17ème IGF* 2015, ce jeu n'est pas passé inaperçu sur les supports tactiles. Il vient de sortir dans une version PC/Mac. Le Tour du Monde en 80 jours. Ce livre est l'un des plus connus de Jules Verne, mais aussi une œuvre qui a traversé le temps (et l'espace). Elle nous parvient ici sous forme de « roman interactif ». Car c'est vous qui devez choisir le meilleur trajet, afin de parcourir rapidement les quelques kilomètres (40.000 au moins) qui vous séparent de votre objectif, et gagner votre pari.
Autant vous le dire tout de suite, il est inutile d'essayer de passer par le chemin le plus court. Car la route prise dans le roman par Phileas Fogg, et son compère Passepartout (pas le nain de Fort Boyard**), n'est pas la plus pratique, ni d'un très bon rapport qualité/prix. Londres, Suez, Bombay, Calcutta, Hong-Kong, Yokohama, San Francisco, New York et enfin retour à Londres, les villes traversées dans le roman sont bien là. Sachez cependant que vous aurez une liste longue comme le bras*** de villes à « visiter », même si on est pas là pour flâner ! Aucune trace cependant de Saint-Péravy-la-Colombe, petite ville de 719 habitants dans le Loiret... Évitez quand même de passer par Ushuaïa, ça fait un détour un peu inutile, surtout pour rencontrer Florent Pagny.

Sans GPS, mais à voile et à vapeur


Depuis quelques temps, les amateurs de jeux vidéo sont servis en matière de machines à vapeur et de Révolution Industrielle. Notamment avec « The Order 1886 » et « Assassin's Creed: Syndicate ». Au moins, ça nous change des zombies... L'univers de ce jeu, que certains qualifient de « steampunk », est un hommage direct au talent visionnaire de Jules Verne. Si vous aimez les rouflaquettes et le capitalisme échevelé, vous serez comblé. On reconnaît donc l'histoire du couple d'amis globe-trotter: sur ce point les créateurs du jeu on réussi leur pari. On peut même rencontrer l'auteur du roman en personne dans un train ! A chaque fois que vous reprenez la route, une ligne rouge se dessine sur le Globe pour représenter le chemin que vous avez parcouru (un petit hommage à « Indiana Jones »). Mais il n'y a pas que le chemin de fer, sur ce point on constate certaines libertés avec le texte original. Cela nous permet de voyager en « hydrofoil », sur un « grand oiseau mécanique » ou sur d'autres moyens de transport fantaisistes, même si on reste quand même dans l'esprit du romancier. Il nous arrive même de rejoindre l'Islande en fusée ! Comme il faut aller le plus vite possible, à la guerre comme à la guerre, on ne choisit pas la flacon, pourvu qu'on ait l'ivresse. Pour les sous-marins, il faut un peu de chance pour les rencontrer. La suite du jeu permettra probablement d'en voir plus souvent, et pourrait se passer sous les mers (et sur 20.000 lieux).

« A shape moustache! Thank you Passepartout »

Une précision quand même, nous incarnons le valet de Fogg, français jusqu'aux bout des ongles. Habituez-vous donc à cirer les pompes en chantant « la Marseillaise ». Vous êtes un larbin, certes stylé, mais un larbin quand même. Pour ce qui est de la manière de jouer, et surtout de gagner le pari, la ruse et les choix judicieux sont les atouts principaux de Passepartout. Nous sommes au service de l'aristocrate anglais, qui n'a qu'un rôle secondaire. Il incarne une prima donna qu'il faut chouchouter pendant tout le voyage. En effet, seul Phileas Fogg sera impacté par les aléas du trajet, il faut donc lui porter une attention de tous les instants sous peine de « Game Over ». L'équipement du gentleman que vous chaperonnez, manteau, lunettes,... va permettre de le protéger pendant le voyage. Votre rôle sera aussi de choisir la bonne réplique parmi les deux ou trois réponses possibles. Si certaines intrigues accessoires peuvent faire craindre à Passepartout une sortie de piste (le vol de son passeport par une jeune kleptomane par exemple), c'est bien le niveau de santé et l'épaisseur du portefeuille du gentleman anglais qui déterminent la réussite du voyage. Parlons de l'anglais: un niveau littéraire est exigé pour comprendre les dialogues. Aucune traduction du jeu en français n'est prévue (on le comprend vu la quantité de texte affiché à l'écran). Si les adverbes « utterly » ou « subsequently » ne vous disent rien, passez votre chemin. Pour ceux d'entre vous qui comprennent la langue de Shakespeare, l'effort en vaut la chandelle. On pourra par contre reprocher au jeu cette vision colonialiste du Monde, mais celle-ci avait cours à l'époque, le contexte est donc respecté. Ce qu'on remarque avec amertume, c'est ce « french bashing » qui pointe le bout de son nez à tout bout de champ. Tous les défauts supposés des « mangeurs de grenouille » nous sont servis sur un plateau... un comble pour un jeu écrit sur la trame d'un roman français.

« Parbleu ! This will sell for a fortune in Baghdad »

Chaque nouveau départ de Londres vous amène sur un chemin différent, à cause des moyens de transports disponibles, des opportunités et du commerce intégré au jeu. Celui-ci vous permet de vendre des produits vingt ou cent fois plus cher d'une ville à l'autre. Par exemple, si votre valise contient cet objet qui vaut si cher à La Nouvelle-Orléans, ne vaut-il pas mieux faire un détour ? Dans certains cas, vous ne pourrez pas tout maîtriser. Parfois, vous serez obligé de perdre un jour ou deux pour réclamer de l'argent à la banque et vous remettre à flots. Autre exemple, le simple fait de prendre un train de Hong-Kong pour Pékin, car il part plus tôt qu'un bateau pour Yokohama, changera tout le reste de votre parcours. Attention aussi à ne pas vous encombrer de bagages inutiles, qui seraient refusés sur certains trajets. Tous vos choix ne seront pas récompensés à leur juste valeur. Il arrive qu'une guerre, une épidémie de choléra ou qu'une mutinerie de l'équipage présent sur votre bateau fasse perdre quelques jours (précieux!) à nos héros. Que serait le voyage sans les imprévus ? Ce juste équilibre entre vos ressources et les choix que vous ferez maintient l'intérêt tout au long de la partie. La rejouabilité est donc très grande. Comptez entre 2 et 4 heures pour faire un Tour du Monde. D'autant que les intrigues au long cours contribuent à vous mettre dans la peau des personnages. Des arcs narratifs variés et souvent vraisemblables ponctuent également les trajets d'une ville à l'autre et les escales pendant lesquelles vous rencontrez les autochtones. L'interface est claire et on trouve facilement les boutons qui sont nécessaires pour prendre des décisions. Par contre, s'il vous prend l'envie de vous confronter à d'autres voyageurs, vous risquez d'être déçu. Le seul aspect multi-joueur consiste à comparer vos résultats sur un leaderboard, ou a constater « in game » qu'un autre que vous est arrivé plus loin en perdant moins de temps. Dommage aussi que le relief du terrain soit inexistant, et que celui-ci n'impacte pas du tout les choix de trajets. Le côté graphique du roman est un peu mis de côté par rapport à la richesse de l'histoire, et la sensation de découvrir de nouveaux lieux tient plus au talent des scénaristes, que de celui des dessinateurs. Pour preuve, sachez qu'il est possible de prendre des copies d'écran, mais rien ne donne envie de le faire.

Le dirigeable "Tigre de Jade" n'a rien de confortable. Vous voilà prévenu.

Prévu au départ pour le tactile, le jeu manque un peu de finesse dans son gameplay maintenant qu'il est adapté pour être joué à la souris. On aurait espéré aussi une meilleure gestion de l'inventaire, trop simpliste pour permettre une optimisation de ville en ville. C'est malgré tout une bonne surprise, et une petite fierté de voir que le talent de Jules Verne n'a pas été oublié. Ce jeu ravira tous les voyageurs frustrés de n'avoir pas quatre-vingt jours devant eux pour faire le Tour de la Terre...
Ma note sur dix: if you understand english, it's eight.

*:Independant Games Festival
**:un autre nain célèbre, Tyrion Lannister, n'a rien à envier à notre ami Passepartout en terme de ruse et de souplesse.
***:de nouvelles villes sont ajoutées via des mises à jour gratuites


Commentez [0] 

lire d'autres articles de la même catégorie

<---Article précédent -- Article suivant--->

Article N°81
: 115 visites


mis à jour le 10/12/2017 à 22h17