Termes journalistiques

dont les gens ne se servent pas

Article du 04 août 2009

Petit inventaire des mots sortis de l'usage courant, mais que les journalistes utilisent encore.

Quand on ouvre le journal, que l'on regarde le JT ou qu'on écoute la radio, certains termes nous interpellent. Tiens, se dit-on, voilà une expression que je n'avais pas entendue depuis longtemps. Mot savant, phrase toute faite ou expression dont l'origine se perd dans la nuit des temps, les termes présentés ici ont des origines diverses. Les langues vivantes ont l'inconvénient d'évoluer trop vite pour les dictionnaires... le dictionnaire des synonymes en particulier. J'ai rarement entendu dans la rue des phrases du type "Peu ou prou, j'ai argué du fait que j'ai dormi sur mes deux oreilles".

Evidemment, il ne s'agit pas de faire de l'anti-journaliste primaire. Il est parfois bien difficile de rendre son travail en temps et en heure, sans se répéter et en gardant son intégrité. Cependant, il faut avouer que nous ne parlons plus la même langue que certains chroniqueurs. Vous trouverez ici des phrases qui s'éloignent des usages courants. Si vous trouvez vous aussi que certains termes ne devraient plus être utilisés, n'hésitez pas à les rajouter en commentaires!

Sur ces entrefaites

Exemple: Sur ces entrefaites, le Premier Ministre disparut de la circulation.

Entre deux instants, il y a d'autres instants. Non, il n'est pas question ici d'un moment entre deux fêtes! On pourrait dire "pendant ce temps", "à ce moment là" ou "dans cet intervalle".

On l'utilise surtout pour attirer l'attention sur les circonstances dans lesquels un évènement arrive... Du coup, il s'agit surtout d'une conséquence et plus d'un moment entre deux actions. "L'homme mit son manteau, sur ces entrefaites son portefeuille glissa". Drôle d'expression quand même !

Ne pas décolérer:

Exemple: Le directeur n'a pas décoléré depuis qu'il a appris la nouvelle !

Ne pas cesser d'être en colère. On imagine la quantité d'énergie nécessaire pour tenir dans cet état pendant deux jours ! On utilise cette expression pour des individus qui représentent l'autorité. Il est vrai que les personnes qui n'ont aucun pouvoir peuvent tenir sans décolérer pendant beaucoup plus longtemps. Du coup, on en parle pas dans les journaux puisque tout le monde s'en moque.

 

 

 

 

Traîner en justice:

Exemple: Microsoft traîné en justice par un utilisateur mécontent.

On savait qu'il était possible de traîner quelqu'un dans la boue, littéralement le couvrir d'immondices ! Le traîner en justice est plus compliqué: il faut le tirer par les cheveux jusqu'au Palais de Justice. Non, c'est cette expression qui est tirée par les cheveux. Vous imaginez le parti pris qu'implique celui qui l'utilise: si vous vous faites traîner, vous êtes forcément innocent, alors que celui qui vous traîne a une petite idée derrière la tête. La vengeance est un plat qui se mange dans un tribunal, puis à la sortie, si possible devant les journalistes. On peut traîner qui on veut, c'est l'avantage. Par contre, on est pas sûr d'atteindre sa cible. A trop traîner on peut se retrouvé désavoué par un juge, ou pire, se voir voler la vedette par son avocat, style Maître Collard ! Dans ce domaine de la justice médiatique, les artistes sont nombreux à traîner des magazines en justice. Mais on ne sait plus qui tire qui. Certaines stars pour renflouer leur compte en banque un peu vide utilisent le double effet je-passe-dans-le-journal/je-passe-à-la-caisse.

Parfois, et c'est moins drôle, un sauveteur se voit traîné par l'ingrate victime. Lui qui a malheureusement cassé une côte à un nageur, quand il l'a secouru puis traîné sur la plage et lui a sauvé la vie. Des marins d'eau douce sauvé par la SNSM ont également osé le faire: http://www.meretmarine.com/article.cfm?id=106909

Fomenter un complot, un putsch, un coup d'état:

Exemple: Ahmadinejad accuse les Etats-Unis d'avoir fomenté un complot pour le tuer lors d 'une visite en Irak.

Préparer secrètement un mauvais coup ! Pour fomenter, faut mentir. Sérieusement, ce verbe n'a ni début, ni fin. Voilà le genre de mot que les journalistes utilisent pour éviter de se répéter, car il se trouve en bonne position sur leur dictionnaire des synonymes du mot "comploter". Du latin "fomentare" qui signifie réchauffer, ce mot n'a pas de lien direct avec sa signification actuelle. Les médecins utilisaient ce mot pour désigner les maladies qui se développaient au chaud, ou pour les cataplasmes qui soignent grâce à la chaleur dégagée. Ce verbe trop court est dans le top 10 des mots à oublier complètement.

 

 

Un suspense palpitant

Exemple: Un roman au suspense palpitant !

Voilà le type de phrase qu'on retrouve à chaque coin dans les critiques de livres. On se souvient à peine de la dernière fois qu'on a eu le palpitant qui s'est emballé en lisant une page de roman ! "-Qu'est-ce qui t'arrives ma chérie ? -Je vais prendre un calmant, mon roman a un suspense trop palpitant". Il vaut mieux essayer les montagnes russes, si on cherche le grand frisson je veux dire...

Il faut avouer que le mot n'est pas très joli. On dirait le nom d'un personnage de Star Trek "Capitaine Palpitant, nous entrons en hyper-espace ". Quand on a déjà utilisé le mot "haletant", et qu'on est à court d'adjectif, c'est le mot qui vient souvent à l'esprit. Les romans policiers sont souvent associés à ce terme, avec une conclusion du style "il s'en vend comme des petits pains". Certains films ont également le qualificatif de "palpitant", ce qui signifie en langage de journaliste: "j'ai attendu la fin avec impatience"

 

Arguer du fait/alléguer du fait

Exemple: Le philosophe argue/allègue du fait que la raison l'emporte sur la morale.

Arguer/ Pas très glamour ce terme. Même les immortels ne savent pas comment prononcer "arguer". Tiré d'un mot latin qui signifie "prouver", on l'utlise souvent quand on a déjà utilisé le verbe "démontrer" !

Alléguer/ Un peu plus utilisé que le mot précédent, on allègue quand on s'appuye sur une démonstration précédente pour prouver ce qu'on a dit.

La lettre g est commune à ces deux mots, ce qui explique qu'il soit si désagréable de les prononcer. Ces termes nécessitent une formation de docteur ès litterature pour être utilisés. Evitez ces mots en début de phrase, on ne sait jamais, la fin de la phrase pourrait être moins savante que le début...

Avoir maille à partir

Exemple: Le plombier a eu maille à partir avec le robinet.

Il existait une monnaie au Moyen-âge, la maille, qui était si faible qu'on ne pouvait la diviser en pièce de plus petite valeur. Il était donc des conflits impossibles à résoudre, car la valeur exacte d'un objet ne pouvait pas être atteinte. Par extension, tout différend entre deux personnes était caractérisé par une impossibilité à arriver à une entente entre les deux parties. Aujourd'hui, les objets qui se rebiffent entrainent également "maille à partir". On n'arrive pas à ouvrir une bouteille, à monter un meuble IKEA (hé oui, vous aussi, ne dites pas non) , et on a maille à partir avec cet objet !

Ils applaudissent des deux mains:

Exemple: Le chef de la diplomatie a applaudi des deux mains l'accord de cessez-le-feu

Essayez de le faire avec une seule ! D'accord: faire comprendre qu'il y a de l'enthousiasme ce n'est pas facile. Les mots manquent pour désigner la solidarité et l'admiration sincère. Il existe beaucoup plus de mots pour parler des désaccords et des guerres.

Un peu d'anthropomorphisme: Les manchots Empereurs applaudissent des deux mains, quand ils sont contents sur la banquise, c'est-à-dire pas souvent...

Les autres manchots, les humains à qui il manque une main, applaudissent, j'imagine, en tapant des pieds quand ils vont à un concert. On dit alors qu'ils applaudissent des deux pieds. (Toutes mes excuses pour cette blague idiote)

Au jour d'aujourd'hui:

Est-il nécessaire d'expliquer le pléonasme ? Alors oui, je sais, on a tendance à appuyer sur les mots pour être compris. C'est dur de parler à des durs de la feuille. Mais quand on dit "aujourd'hui", je pense que c'est suffisant.

Quand on voit ce qu'on voit, que l'on entend ce qu'on entend et que l'on sait ce que qu'on sait, on a raison de penser ce qu'on pense. - Pierre Dac

Je vous en supplie, si n'utilisez plus cette expression, je vous applaudirai des deux mains.

Jeter en pâture

Exemple: L'écrivain a été jeté en pâture aux critiques par son éditeur

Quand il faut se débarrasser de quelqu'un, on le jette en pâture à un animal féroce. Notez que cela n'a rien à voir avec le pâté, ni avec le fait de donner de la confiture aux cochons. Ce n'est pas souvent aux animaux qu'on jette aujourd'hui les gens en pâture, mais à d'autres hommes. "Homo omini lupus" , l'homme est un loup pour l'homme. On sacrifie souvent un collaborateur à ses détracteurs pour sauver sa tête. Le bouc émissaire est donc souvent jeté aux milieu de la meute pour détourner le danger. Qu'ils soient hommes de loi, journalistes, ou foule hystérique, les loups ne laissent pas souvent de quartier.

Dormir sur ses deux oreilles:

Exemple: Partez dans le Périgord et dormez sur vos deux oreilles

Les expressions françaises sont parfois surprenantes ! On retrouve celle-là dans des magazines qui vantent les qualités d'un hôtel par exemple "On y dort sur ses deux oreilles !". Par contre, cette situation semble tellement illogique qu'on ne sait pas pourquoi on continue à l'utiliser. Certains pensent que c'est le contraire de "ne dormir que d'un œil". C'est sûr, il est plus facile de fermer ses yeux que ses oreilles, sauf quand on s'appelle Dumbo. En utilisant un traversin, j'imagine qu'on doit pouvoir l'enrouler autour de son crâne, mais du coup on ne dort plus sur ses oreilles, et on utilise pas d'oreiller !

Changer le "logiciel":

Exemple: Réforme des lycées, X. Darcos veut changer le logiciel

Je vous vois venir, il ne s'agit pas de mettre à jour un logiciel informatique. Peut-être avez-vous remarqué dans les journaux le terme "logiciel" dans les pages politiques ? Les partis politiques, pour une raison que j'ignore, parlent de logiciel pour désigner le fonctionnement interne de leur organisation. "Il faut changer le logiciel", cela signifie donc: accepter des idées nouvelles, changer les individus, favoriser le changement.

Ce mot est donc utilisé un peu abusivement. On a donc du mal à faire le lien entre un système binaire (composé de 0 et de 1) et des problématiques humaines complexes. Ce que l'on constate dans les partis politiques actuellement, c'est que le logiciel est sérieusement à mettre à jour, il y a beaucoup trop de Zéros !

Un engouement:

Exemple: Un engouement sans précédent pour le dernier prix Goncourt

Ce mot a évidemment une relation étroite avec le goût... vous verrez qu'il a un drôle d'arrière goût, sautez cette définition si vous êtes indisposé, la suite pourrait vous faire rendre votre déjeuner. On peut se demander pourquoi on utilise ce mot qui a pour origine un terme médical qui désigne:

1. un embarras dans le gosier.

2. l 'obstruction d'un conduit ou d'une cavité quelconque par des matières accumulées.

Engouement d'une hernie, arrêt et accumulation des matières dans l'anse intestinale que contient le sac herniaire. Terme de vétérinaire. Engouement du feuillet, accumulation de matières alimentaires durcies, entre les lames de cet estomac. Engouement du jabot, réplétion outrée de cette poche.

Mince ! Vous ne voyez plus ce mot de la même façon aujourd'hui. Il faut dire que son sens a changé. Il désigne maintenant un sentiment positif irrationnel envers quelqu'un ou quelque chose. Des sentiments excessifs peuvent entraîner une obstruction de la gorge? A priori non, il s'agit plutôt d'une simple analogie entre les élans du cœurs et ceux qui nous provoquent un haut-le-cœur. Tous deux ont un caractère involontaire et se situent presque au même endroit (quoique la place du cœur n'a rien à voir ni avec l'un ni avec l'autre). Pourquoi utiliser encore ce mot légèrement suranné ?

Encore une fois, les journalistes n'aiment pas répéter certains mots. Extrait de dialogue:

-Que dit le dictionnaire des synonymes pour "admiration"?

-La "joie",

-C'est trop court !

-L' "enthousiasme",

-On le met où le "h" déjà ?

-Tu n'as qu'à mettre "engouement", c'est moche, mais ça fera l'affaire.

Les goûts et les couleurs ne se discutent pas, mais il faut avouer que nous avons l'embarras du choix pour remplacer ce mot dès qu'on le peut.

C'est le combientième ?

Exemple: Le combientième sommes-nous ?

D'origine familère, c'est la question qu'on pose pour connaitre le rang où se trouve une chose ou une personne. C'est une méconnaissance totale des mathématiques qui semble avoir favorisé l'utilisation de ce mot. Le mot exact pour savoir quel jour nous sommes serait plutôt "c'est le quantième ?". Dans une phrase sérieuse, le "combientième" est un mot tellement incongru qu'il sert juste à souligner l'absurdité du comptage: "Au bout du combientième rapport vas-t-on agir ?"

Au fait, on est le combien ? Nous sommes le 3 avril 2011 . Mais ce n'est pas la question, "le combien" n'est pas une utilisation correcte non plus. Ce n'est pas très grave, ca ne change rien au fait que tout le monde utilise cette expression là !

C'est la loi du talion

Exemple: En Iran, c'est la loi du talion !

Oeil pour oeil, dent pour dent ! Voilà une expression qui n'a pas bonne réputation. On l'associe à la violence barbare des premiers peuples. Il n'est pas aussi simple de résumer cette loi à une justification de la violence vengeresse. D'où la mauvaise utilisation de ce terme dans les journaux.

Le mot talion a pour étymologie "tel", qui vient de "talis" (qui signifie "pareil" en latin). En fait, il n'est pas de système judiciaire plus équitable avant la mise en place de ce Code d'Hammourabi , en 1730 avant Jésus Christ , dans le royaume de Babylone. Les familles des victimes de crimes et délits pouvaient demander réparation bien au delà de la gravité des faits avant l'instauration de cette règle. En limitant la sanction à la hauteur du méfait, on évitait ainsi qu'un voleur de pomme puisse être pendu par exemple ! Il n'y avait par contre aucune contre-indication à la pendaison quand un meurtre avait été commis. La loi du talion n'a plus vigueur en France, sauf dans le cas de la légitime défense. il est en effet possible de se défendre dans les proportions de l'attaque. A cette question du talion vient bien sûr se greffer le débat sur l'abolition de la peine de mort, chacun choisira en son âme et conscience ce qu'il convient d'en penser. Il faut rappeller tout de même que la peine de mort n'a été abolie en France qu'en 1981, alors qu'elle n'existait quasiment plus dans les autres pays d'Europe.

Une tapisserie de Pénélope

Exemple: l'Europe, cette tapisserie de Pénélope.

Quand on a fait les 12 travaux d'Hercule, la tapisserie de Pénélope semble être un jeu d'enfant. Ce travail, défait chaque nuit, n'en finit jamais ! Dans l'Odyssée d'Homère, Pénélope attendait son époux Ulysse dont le voyage semblait sans fin. Pour faire patienter les prétendants, elle disait qu'elle ne pourrait se remarier que lorsqu'elle aurait terminé de tisser une étoffe ou un linceul, sa ruse étant de détricoter son travail chaque nuit. L'usage courant de cette expression est de désigner un travail harassant. Difficile de dire si le travail de Pénélope était exténuant ! Sa tâche la plus rude consistait à faire croire que le voile qu'elle tissait lui demandait un effort incalculable. Pour répondre à des journalistes impatients, les hommes politiques "éconduisent" ceux-ci en prétendant que leur travail demande des efforts infinis. Je ne sais pas à partir de quand on a arrêté de croire Pénélope...je crois qu'elle a été dénoncée.

Heureusement, si on les dénonce, les hommes politiques ont des réponses toutes faites: "Si mon travail est sans fin, c'est parceque quelqu'un défait chaque nuit ce que je m'efforce de faire chaque jour !".

Un oukase

Exemple: Alain Minc a dit qu'il n'acceptait pas l'"oukase" des journalistes

Ce mot n'évoque pas grand chose. Il faut préciser que c'est un synonyme de "diktat" d'origine allemande, qui évoque déjà un peu plus de choses ! L'oukase, ou oukaze, a une origine russe, c'est un décret du tsar. Le sens original, qui signifie une décision arbitraire, est entré dans le langage courant, mais y a pris un autre sens. La société nous oblige à nous conformer à certains codes, le "diktat" de la mode par exemple. Quand on veut dénoncer une décision qui ne prend pas compte de tous les points de vue (y compris le sien), on parle d'oukase. Faites ce que je dis, pas ce que je fais. Ce mot savant, il faut avoir un sacré culot pour l'utiliser quand on est soit même au centre du pouvoir !

La course à l'échalote

Exemple: Au Parti Socialiste, c'est la course à l'échalote

Il s'agissait au départ d'un jeu populaire qui consiste à faire une course en tenant les coureurs par le pantalon (par les fesses, donc en argot par l'oignon, ou l'échalote !). On utilise maintenant cette expression absurde pour désigner une compétition ubuesque entre des participants pour lesquels tout est permis. Ceux qui veulent se démarquer de la compétition disent parfois qu'ils ne participent pas à la course à l'échalote pour paraître moins ridicules que les autres... ou se voir retourner l'argument par leur principal concurrent. La politique n'est pas le seul domaine où cette expression est utilisée. Les joueurs de nos équipes nationales doivent rivaliser d'ingéniosité pour être sélectionné, ou pour éviter d'être sur le banc. Au football, c'est ce qu'on appelle le marquage à la culotte...à l'échalote.

Un cri du coeur

Exemple: Le cri du coeur des victimes de Bernard Madoff

Le cri vient de plusieurs endroit du corps, mais je crois qu'il arrive surtout des cordes vocales...Quant au coeur, c'est surtout sa proximité avec le porte-monnaie qui est en cause.

Faisons un inventaire: cri d'espoir, de colère, du peuple, de guerre, de désespoir, de détresse, de ralliement, de la carotte, de folie, de la victoire, de liberté, de la mouette ou chant du cygne. Il y a des cris partout ! Ceux qui viennent du coeur ne sont pas très différents.

On pense sûrement que le coeur est le siège des émotions, et que le cerveau n'est pas consulté dans la décision de crier.

Peu ou prou

Exemple: Ils ont peu ou prou le même visage.

Les rédacteurs en chef n'aiment pas l'à-peu-près. "On délivre des informations vérifiées et recoupées coco !". Les journalistes ont donc du mal à utiliser les mots "A peu près". On peut utiliser "plus ou moins", mais tout le monde sait ce que "plus" et "moins" signifient.

"Peu", d'accord, mais "prou" ça vient d'où ? Prou signifiait "profit" auparavant. On disait "prou" pour dire "beaucoup" et du coup le peu ou le prou signifient qu'on ne sait rien sur une quantité... Hoé matelot, la proue n'a donc rien à voir avec ça. Personne ne sait ce que cela veut dire, le mot fait donc un peu "savant".

Pas de quoi être fier d'utiliser cette expression qui n'a rien pour elle.

Suite de l'article - Troisième partie de l'article

 

: 2455 visites


mis à jour le 10/12/2017 à 22h17