08/01/2012 à 11h54
Solution générale ou solution individuelle ?



Si certains problèmes ont une solution, tous les gens ne sont pas d’accord avec la méthode à suivre pour les résoudre.
The gathering of the manna in the desert, Giuseppe Angeli


Décider soi-même des modalités de résolution d’un problème est bien pratique. On choisi le moment le plus opportun, et le mode le plus adapté, en fonction des ressources disponibles. C’est une solution modulable, qui n’implique aucun consensus, mais qui peut sembler un peu égoïste. En effet, d’autres que nous ont peut-être le même problème à résoudre, et notre expérience leur serait bien utile.
Parfois, on a pas le choix, il faut décider tout seul, et faire avec les moyens du bord !


Quelles raisons objectives nous poussent à cultiver le consensus ? D'un point de vue pratique, il y a ce qu’on appelle l’économie d’échelle. Se regrouper nous permet de faire baisser le coût de réalisation d’une solution. La phase de discussion que cette méthode implique peut faire naître d’autres avantages: en partageant son point de vue on arrive à avoir une vision d’ensemble du problème. Sans compter que les solutions individuelles et le bricolage peuvent manquer de durabilité.

Si les bricoleurs du dimanche vous amusent, allez faire un tour sur le site « there, I fixed it !» . On y trouve des solutions trouvées par des personnes n’ayant ni le temps ni l’envie de s’investir dans des solutions pérennes. L'ingéniosité humaine nous surprendra toujours. Il faut avouer que la plupart du temps les méthodes employées nous prouvent simplement notre bêtise et celle de nos contemporains. "Voilà, c'est réparé !".

Si cette phrase typiquement masculine est quasiment universelle, le chinois et les russes en sont peut-être les plus dignes représentants. Le gros scotch et les coups de marteau bien placés illustrent bien ce type de méthode « Do it yourself » !

En se regroupant, on évite parfois de se tromper complètement. Pourquoi ne passe-t-on pas aussi souvent qu’on le devrait par une méthode « communautaire », alors que nous avons tout intérêt à le faire ?

Cela revient donc à poser le problème actuel de la coopération dans nos sociétés. Très proche de la notion de solidarité, la coopération permet à des individus ayant des intérêts communs d’atteindre un objectif. Les personnes sont unies tout le temps que dure le problème. On ne peut malheureusement pas appliquer cette méthode dans tous les aspects de nos vies quotidiennes, sous peine d’immobilisme. En effet, il est rare de tomber d’accord sur tout, et les débats qui accompagnent des réunions nous le prouvent tous les jours.
La Manne, Nicolas Poussin

Le particulier et le général ne s’opposent pas toujours, il y a des solutions entre-deux. Toutefois, à trop vouloir ménager la chèvre et le chou, on en finit par se perdre parfois. Essayons de garder un peu de bon sens...


Prendre une décision est souvent ce qu’il y a de plus difficile dans la vie, alors autant partager ce fardeau à plusieurs !



Commentez [0] 

lire d'autres articles de la même catégorie

<---Article précédent -- Article suivant--->

Article N°61
: 86 visites


mis à jour le 28/03/2017 à 18h23